Arlandria

[Divers] Mes podcasts favoris – Summer edition

[Divers] Mes podcasts favoris – Summer edition

Chose promise, chose due, voici un second article sur mes podcasts favoris.

En le rédigeant, je me suis rendu compte que mon précédent post sur le sujet date d’il y a quasiment deux ans. Ce qui était une façon agréable de passer le temps sur la route et dans les transports à l’époque est devenu un réel mode de vie. J’écoute des podcasts en marchant, en faisant les tâches ménagères, en faisant un puzzle ou en jouant à Picross, parfois en me douchant et même, à l’occasion, pour m’endormir !

J’ai donc eu pas mal de temps pour écouter de nouvelles émissions, en délaisser certaines et me faire de nouveaux chouchous. Voyons lesquelles…

Transfert

Podcast :

Ouais, c’est un peu facile de commencer par LE podcast qui a retourné la sphère podcastienne (?) au cours de l’année écoulée. Mais si j’ai été légèrement dubitative devant le soi-disant effort de Slate d’ « innover », selon eux, avec ce format audio, toutes mes appréhensions se sont envolées à l’écoute des premiers numéros.
Comme pour beaucoup de choses, j’avoue qu’avant Transfert il manquait le déclencheur pour que le podcast devienne mainstream. Slate n’a rien réinventé, mais ils ont popularisé le concept avec ces tranches de vie.

En une demi-heure environ, on pénètre dans l’intimité de Gabriel, Sébastien, Désirée ou bien d’autres. Ils sont comme vous, comme moi, ont des amis, une famille, un boulot. Et peut-être comme vous (et moi ?), ils portent un lourd secret ou ont fait quelque chose d’inavouable, d’inattendu, de dingue ou au contraire, ont une lucidité folle sur une chose banale, courante, qu’ils ont vécu. Et ils le racontent à Transfert.

Je commence par quel épisode : l’épisode sur Marine, qui mêle parfaitement légèreté et drame, ou celui sur Hugo, très représentatif de la série

 

La Poudre

Podcast : La Poudre

La Poudre est une de mes plus récentes découvertes mais déjà un énorme coup de cœur. Au micro de Lauren Bastide, tous les quinze jours, une femme connue et reconnue se livre sur son enfance, sa féminité, son féminisme, son rapport à son utérus.

C’est à la fois terriblement simple, comme une conversation entre copines, et extrêmement réfléchi. On écoute des femmes aux origines multiples et aux parcours différents, ce qui amène une fraicheur et une liberté de ton que je n’avais pas rencontré depuis longtemps.
Parfois, les propos font totalement écho à ce qu’on a pu vivre (la fameuse phase où on n’aime pas les filles quand on est ado, mouahaha !), d’autres fois c’est une vraie découverte qui élargit encore plus le champ de réflexion. Mais ça permet de s’interroger sans cesse sur son rapport au féminisme et à la façon dont on se construit par rapport à ça.

Je commence par quel épisode : je suis loin d’avoir écouté tous les épisodes mais celui avec Garance Doré, dont je ne lis pas le blog mais que je connais de réputation, m’a beaucoup plu. J’ai découvert une personne simple, posée, avec beaucoup de recul et de lucidité sur son parcours.

 

Le Dernier Cyber Avant La Fin Du Monde

Podcast : Le Dernier Cyber

On change totalement de registre avec ce podcast mené par le Captain Web de l’Apéro du Captain dont je vous parlais dans le précédent article sur les podcasts. En effet, le Captain et sa femme gèrent deux cybercafés parisiens, avec ce que ça comporte comme clients relous, exigences étranges et comportements ubuesques. Si vous exercez une profession au contact du public, vous savez forcément de quoi je parle 😉

Avec un ou plusieurs invités, parmi des actuels ou anciens employés du Cyber ou parmi des amis commerçants, le Captain et Sharon nous font partager ces tranches de vie d’une autre sphère de la société dans Le Dernier Cyber Avant La Fin Du Monde. Parce que finalement, le cybercafé c’est encore un des rares endroits de mixité sociale, où jeunes, vieux, pauvres et riches se côtoient le temps d’une recherche Internet, une photocopie A3 couleur ou l’impression d’un billet de train (ou une sieste)(oui…).

Je commence par quel épisode : l’épisode 1 (après le pilote, donc le 2 en fait) est représentatif du contenu du podcast. C’est drôle, rythmé, parfois un peu triste aussi, et toujours très bien raconté.

 

Blockbuster

Podcast : Blockbusters

C’est grâce à plusieurs comptes Twitter (et notamment ceux de Victoria, Camille ou Pauline) que j’ai découvert Blockbuster, une émission estivale de France Inter sur les icônes de la pop-culture. Buffy, Retour Vers Le Futur, Michaël Jackson, Friends… en une heure, Frederick Sigrist apporte un éclairage rafraichi, à défaut d’être totalement novateur, sur ces monuments de l’industrie du divertissement.

Bien que chaque émission dure une heure, je déplore tout de même le fait que les axes de réflexion mériteraient d’être encore plus largement approfondi. Mais il faut savoir se contenter de ce qu’on a, et chaque émission est un pur moment de joie, teinté de nostalgie.

Je commence par quel épisode : à vous de voir selon vos préférences mais celui sur Friends est très très bien. Je dis ça, je dis rien :p

 

Bonus : Sur les Épaules De Darwin

Podcast : Sur les épaules de Darwin

Oui, alors à un moment où j’avais quelques difficultés à m’endormir, mon amoureux m’a conseillé ce podcast pour le ton terriblement somnifère de Jean-Claude Ameisen. Et pardon monsieur, mais ça marche.
Impossible de vous expliquer de quoi ça parle, puisque je m’endors systématiquement en l’écoutant, mais j’ai cru comprendre que ça avait une forte tendance scientifique.

Je commence par quel épisode : peu importe, vous ne l’entendre pas jusqu’au bout, ah ah

 

Voilà pour les dernières pépites que j’ai pu dénicher en matière de podcasts et qui m’ont accompagné tout l’été. Si vous êtes aussi un mordu de podcasts, vous n’aurez probablement pas découvert beaucoup de titres avec cet article. Alors déjà, je vous propose de consulter également l’article de Victoria sur ses podcasts favoris. Et ensuite, dites moi, quelles émissions me recommandez-vous alors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *