Arlandria

Août 2017

Août 2017

Nous sommes déjà fin août et je n’ai pas vu passer cet été, qui avait tout de même un arrière goût d’automne. On a fait quelques travaux et aménagements déco dans l’appartement, comme chaque année. Et je me suis dis que je devrais peut être en faire des articles, notamment sur nos DIY ou Ikea hacks, d’autant qu’on a un style qui sort un peu du scandinave-tout-blanc qu’on voit partout. Dites moi si ça vous intéresse 😉

J’ai beaucoup de mal à me concentrer sur mes lectures, ce qui explique l’absence d’article à ce sujet. J’espère que cette phase va vite passer, car ma liste d’idées lecture ne cesse de s’allonger ! En attendant, je joue beaucoup : j’ai quasiment terminé Forza Horizon 3, je continue Animal Crossing pour débloquer un maximum de badges et j’élimine petit à petit mon backlog Steam.

Peut-être que je prendrais le temps de vous faire un retour sur les derniers jeux Telltales que j’ai terminé. En attendant, j’ai publié un nouvel article sur mes podcasts de l’été.

Voyons maintenant ce qu’il s’est passé côté séries, films, sorties et musique en ce mois d’août 2017.

Séries

Nous avons enfin terminé la saison 5 d’Orange Is The New Black. J’ai beaucoup aimé cette saison et le bouleversement de la temporalité du récit.  La série met l’insupportable Piper de plus en plus retrait, ce qui n’est pas pour me déplaire. Mais surtout, ça permet à de nouveaux personnages d’être enfin au premier plan, comme la génialissime Taystee. Vivement la saison 6 !

On a ensuite débuté la célèbre série Twin Peaks, dont j’avais tellemeeeent entendu parler, sans trop savoir à quoi m’attendre. Mais j’avais bien compris qu’il s’agissait d’un histoire située dans une petite ville américaine, à propos de l’enquête sur le meurtre d’une jeune femme, Laura Palmer. Comme j’adore les séries policières, et que la première saison ne fait que 8 épisodes, on a tenté l’aventure.

Twin Peaks

Le premier choc est visuel. La série a été diffusée en 1990/1991, et ça se voit. Toutefois, au bout d’un moment on s’immerge totalement dans l’ambiance rétro de la petite ville de Twin Peaks et les coupes de cheveux ou vêtements 90’s ne sont qu’un élément atypique du décor parmi d’autres.
Ensuite, les personnages sont hauts en couleur, voire un peu barrés. On a l’impression de retrouver l’ambiance de Fargo, mais multipliée par 100.
Il en résulte une ambiance totalement à part, qui rejoint un peu Broadchurch pour le côté policier de la série. L’agent du FBI Dale Cooper arrive en ville, chargé de mener l’enquête sur le meurtre. A ses côtés, on découvre petit à petit les secrets, arrangements et autres relations cachées entre les habitants de la ville. Les faits relatés ne sont pas anodins, loin de là (ambiance SM, meurtre, violences conjugales, problèmes mentaux…) et on trépigne d’en savoir davantage sur le meurtre de Laura Palmer. Mais l’esprit un peu déjanté des habitants de Twin Peaks adoucit l’histoire, et nous permet de passer d’agréables moments lors du visionnage.
On finit par se sentir comme un membre à part entière de la communauté de Twin Peaks, et on est contents de passer la soirée avec ces vieux amis.

Twin Peaks : le cast

Bref, c’est une série véritablement à part, avec des personnages forts et une ambiance unique. Nous avons été totalement séduits, au point qu’on a enchaîné le visionnage de la saison 2 dès la saison 1 terminée.
Je vous invite également à lire la critique de Twin Peaks par Victoria, très grande fan, et dont l’engouement m’a convaincu de donner sa chance à la série.

 

Films

Toujours dans l’optique de parfaire ma culture cinématographique, j’ai enfin vu No Country For Old Men. Dans cet excellent film, on suit les démêlés de Llewelyn Moss, qui trouve une valise pleine d’argent sur le lieu d’un règlement de comptes entre truands. Américain moyen qui parvient à peine à joindre les deux bouts, il est bien déterminé à garder les millions. Et ce n’est pas un tueur à gages totalement psychopathe lancé à ses trousses qui l’arrêtera.

No Country For Old Men : Moss

Ce thriller est absolument parfait. Comme tout film des frères Cohen, l’ambiance est parfaitement retranscrite, il est vrai bien aidé ce coup ci par des décors naturels somptueux.
Les personnages ont tous ce petit grain de folie qui les caractérise dans les films Cohen, bien que j’ai trouvé No Country For Old Men beaucoup plus sérieux que leurs autres longs-métrages. Le tueur à gages incarné par Javier Bardem est totalement fou, mais d’une manière beaucoup plus flippante que drôle. Il en résulte une tension dingue, qui perdure tout le long du film.

No Country For Old Men

Il est difficile d’en dire davantage, ce film se vit plus qu’il ne se raconte. Alors si vous ne l’avez pas encore vu, ne faites pas comme moi et regardez le, vite !

 

Sorties

Ce mois ci, nos sorties bordelaises n’auront rien eu d’exceptionnelles, et ont été essentiellement centrées dans notre japonais préféré et nos pubs habituels.

Heureusement, on a cassé la routine en ce dernier week-end d’août pour découvrir la très jolie ville de Nantes.

Août 2017 : château de Nantes

Nous avons été conquis par cette visite, un peu rapide mais très riche. La ville est très jolie, et si l’architecture médiévale du château domine, les autres styles (haussmanien, néoclassique) ne sont pas en reste. J’ai été épatée par la quantité de terrasses (et de monde !) dans le centre de la ville, malgré des rues à peine plus larges qu’à Bordeaux. On sent que c’est une ville qui bouge, et la thématique du « Voyage à Nantes », qui est à l »origine de multiples expositions à ciel ouvert cet été, renforce cette impression de dynamisme.

Je ne sais pas si c’était spécialement pour l’occasion ou si c’est habituel, mais l’influence de Jules Verne, né à Nantes en 1828, est partout. Ça m’a donné envie de lire d’autres de ses romans, allongée dans l’herbe d’un des nombreux espaces verts de la ville.

Mais nous n’avions pas le temps de flâner, car nous voulions absolument aller admirer l’exposition sur H.R Giger, le créateur de l’ « Alien » du film du même nom. Ce monsieur a indéniablement un style bien à lui, je vous laisse juger…

Août 2017 : H.R Giger

Août 2017 : H.R Giger

Août 2017 : H.R Giger

Malheureusement, comme nous partions en groupe et que nous avons dû nous adapter aux contraintes de chacun, nous n’avons pas vu les fameuses Machines de l’île. Qu’à cela ne tienne, nous avons donc une raison parfaite pour y retourner 🙂

Août 2017 : Nantes

Musique

C’est assez fou, mais j’ai dû me creuser la tête pour trouver un morceau à vous partager ce mois-ci. Il faut dire qu’août a été placé sous le signe des podcasts. Et après plusieurs semaines de passion pour les Foo Fighters, j’ai du mal à passer à autre chose.

Oh mais attendez ! C’est à croire qu’ils me lisent, car Dave Grohl et son équipe viennent justement de sortir le deuxième single du futur album Concrete & Gold. Ça parle d’étoiles, le clip est canon et ça va entretenir mon obsession jusqu’à la sortie de l’album (le 15 septembre)

 

C’est ainsi que août 2017 s’achève et que je peux enfin commencer à songer sérieusement à mes congés, qui auront lieu comme chaque année en septembre. En conséquence de quoi, je ne garantis pas qu’il y aura un article concernant le mois écoulé fin septembre, mais je vais essayer de ne pas disparaitre des radars jusqu’à la fin de l’année, comme ça a été le cas fin 2016, héhé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *