Arlandria

J’ai suivi un MOOC Bootstrap

J’ai suivi un MOOC Bootstrap

J’ai suivi un MOOC Bootstrap

Un MOOC, si vous n’en avez pas encore entendu parler, c’est un Massive Open Online Course (soit en français, un « Cours en ligne, ouvert et massif »). C’est le nouveau phénomène à la mode, censé pouvoir démocratiser l’accès à l’éducation et à la formation.
Le principe est loin d’être idiot : les plus grandes universités et entreprises mettent à disposition du public des formations, mêlant généralement vidéos, images et texte. Ainsi, n’importe qui (en théorie) peut suivre ces cours et les valider, à l’aide de quizz et de travaux pratiques.

Ça, c’est ce qu’on nous promet sur le papier mais qu’en est-il dans la réalité ? Ça tombe bien, j’ai justement suivi un MOOC sur Bootstrap.

La plateforme Edx

La plateforme Edx


Ça fait un peu plus d’un an que je suis inscrite sur edX, la plateforme de MOOC mise en place conjointement par Harvard et le MIT (excusez du peu) mais je n’avais jamais pris le temps de m’impliquer dans un cours. En effet, à raison de 6 heures/semaine en moyenne pour suivre un cours dans sa globalité, souvent sur des périodes de 8 à 10 semaines, il n’est pas simple de se dégager du temps en dehors du boulot, des loisirs, des sorties entre amis…
C’est pourquoi j’ai sauté sur l’occasion avec Bootstrap, qui ne demandait « que » 2 heures d’implication par semaine, sur trois semaines. Il n’empêche que même là, j’ai suivi le premier module dans les temps, la moitié du deuxième module avec un peu de retard et quand j’ai finalement trouvé le temps de m’intéresser au reste, le cours avait officiellement pris fin.

Ça n’est pas très grave, car la plupart des cours restent en accès libre après leur fin officielle. Et je n’avais aucun objectif autre que celui d’apprendre des choses pour moi même.
Si vous êtes motivés, vous pouvez toujours payer, généralement aux alentours de 90$, pour obtenir un certificat attestant que vous avez suivi tel cursus. Ayant suivi le cours en tant qu’auditeur libre, je me demande tout de même si les personnes qui payent sont suivies et corrigées par de vrais professeurs, ou par d’autres étudiants tel que je l’ai été.

Parce que vu le volume de personnes qui s’inscrivent à ce type de cours (apparemment jusqu’à 50 000 personnes, même si moins de 10% vont jusqu’au bout), la correction des travaux pratiques est effectuée par vos pairs. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié de pouvoir noter le travail de quelqu’un d’autre et de voir une autre solution que la mienne au problème qui nous était posé.
Malheureusement, il semblerait que certaines personnes ne soient pas aussi scrupuleuses que moi dans leurs notations, et le forum du cours est rempli de gens se plaignant d’une mauvaise note assénée sans explication, ou axe d’amélioration.

Exemple de travaux pratiques

Exemple de travaux pratiques

Bref, sur la forme, le MOOC laisse un peu à désirer mais qu’en est-il sur le fond ?

Je ne peux parler de mon ressenti que sur un seul cours, qui plus est très technique, mais sachez qu’il existe des cours sur plein de thèmes différents (en tout cas sur edX), allant de l’analyse de l’ADN à l’explication de texte de Huckleberry Finn en passant par l’histoire du capitalisme américain.

Pour ma part, j’ai beaucoup appris. Les vidéos de Christopher Harrison étaient très bien (bien que parfois légèrement longues) pour découvrir chaque thème et très concrètes grâce aux démos et au code associé se trouvant juste en dessous. C’est une chose de lire une documentation expliquant comment ça marche en théorie, et ça en est une autre de faire le test en même temps que l’intervenant, se tromper, regarder son code, corriger et comprendre pourquoi ça marche.
J’accorde même un point bonus pour la transcription des vidéos qui se trouve à côté, permettant à ceux qui comprennent moins bien l’anglais parlé de s’appuyer sur le texte.

MOOC Bootstrap, par Christopher Harrison

MOOC Bootstrap, par Christopher Harrison

Le seul bémol que je pourrais apporter est la propension naturelle de Chris à vanter les mérites de Visual Studio mais le cours étant organisé par Microsoft, je n’en attendais pas moins (surtout venant de la part de la société qui sponsorise The Walking Dead, une série où la technologie a donc quasiment disparue, avec leurs tablettes Surface…).

Étant plus habituée à des développements back-office (batch et traitements métier), je sais que mes lacunes en front-office se situent essentiellement sur la partie mise en page des pages Web. Et j’ai découvert que Bootstrap est un très chouette outil pour agencer facilement son contenu, tout en s’adaptant à la plate-forme de l’utilisateur (smartphone, tablette, ordinateur). J’avais d’ailleurs déjà eu à corriger des anomalies sur des JSP utilisant Bootstrap, et je dois avouer que rétrospectivement, tout me parait beaucoup plus clair !

Exemple de quizz

Exemple de quizz

Pour moi, l’expérience est définitivement concluante, à tel point que j’ai signé pour le cours sur HTML5 qui débute le 1er juin. Je sais que je n’aurais pas l’assiduité nécessaire pour travailler dessus 6 à 8 heures/semaine, pendant 6 semaines, mais je vais faire mon maximum.

En conclusion, je ne pense pas que les MOOC vont révolutionner l’éducation comme on essaye de nous le faire croire, ça demande bien trop d’assiduité et d’auto-discipline. Si on ajoute la barrière de la langue, car la plupart des MOOC sont en anglais, et du prix si on veut donner un peu de crédibilité à notre certificat en payant pour qu’il soit vérifié, les MOOC sont loin d’être accessibles au plus grand nombre.
Par contre, pour faire un peu de veille technologique, s’initier à un sujet ou découvrir de nouvelles choses, je trouve le concept très sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *